Mauritanie — Nouadhibou — Migration à Nouadhibou : Focus sur le trafic, la traite et l'exploitation des migrants (2020)

Contact
DTM Mauritania, dtmiommauritania@iom.int
Language
French
Location
Mauritania
Period Covered
Dec 16 2019 -
Aug 06 2020
Activity
  • Other
  • Survey
  • Migrants presence
  • Mobility Tracking

Summary

Afin de bénéficier d’une meilleure compréhension des parcours et conditions de vie des migrants à Nouadhibou ainsi que leur accès aux droits et aux services, l’OIM Mauritanie y a mené différentes activités de la Matrice de Suivi des Déplacements (DTM) depuis 2018. Au cours de ces enquêtes, le trafic illicite de migrants, la traite des êtres humains, le travail forcé et autres types d’exploitation se sont révélés être des problématiques régulièrement rapportées par les migrants. L’identification et la prise en charge de plusieurs victimes de traite, migrants objets de trafic, et autres personnes en situation de vulnérabilité par l’équipe de l’OIM Nouadhibou ont confirmé l’existence de ces phénomènes, sans toutefois en déterminer l’ampleur.
En vue de mieux contextualiser ces éléments, l’OIM Mauritanie a mené un 3ème round d’enquête de terrain dans la ville. Les premières deux phases de ce 3ème round ont accordé une place importante à l’actualisation du nombre de migrants présents dans la ville et aux risques auxquels sont confrontées ces personnes. L’OIM a réalisé une troisième phase toujours dans ce 3ème round afin d’approfondir la recherche sur les différents phénomènes d’exploitation et de trafic dans la ville. Réalisée en décembre 2019, cette phase permet de mettre en lumière les secteurs concernés et les besoins particuliers des personnes impactées. Ce rapport présente que les résultats de la troisième phase.

Résumé des résultats principaux :

  • Utilisation d’un passeur ou intermédiaire : Selon 26% des informateurs clés, la majorité des candidats au voyage vers Nouadhibou font appel à un passeur ou un intermédiaire. Ce chiffre passe à 72% pour les voyages depuis Nouadhibou vers les pays d’Afrique du Nord ou vers l’Europe.
  • Secteurs d’emploi : la pêche apparait comme le principal secteur d’emploi des migrants, suivi du travail domestique. 74% des informateurs clés estiment qu’une majorité des hommes de leurs communautés travaillent dans la pêche. Inversement, le travail domestique est quant à lui dominé par les femmes (estimé par 63% des informateurs clés).
  • Les principales difficultés rencontrées : manque de contrat de travail, retards de paiement de salaire et des heures de travail excessives.
  • Filières utilisées pour voyager à partir de Nouadhibou : La moitié des informateurs clés estiment que les migrants à Nouadhibou qui envisagent de continuer leur trajet comptent emprunter la voie terrestre, tandis que près d’un tiers (31%) d’entre eux souligne leur intention de passer par la voie maritime.